Virus de l’hépatite E : le point sur les risques

L’Association française des hémophiles - c’est son devoir - vous informe régulièrement sur tous les enjeux sanitaires qui concernent les maladies hémorragiques rares. Nous souhaitons, dans ce cahier médical, dresser un état des lieux sur le virus de l’hépatite E.

JPEG - 1 Mo

L’Association a demandé aux autorités de santé et aux acteurs concernés, dès août 2013, c’est-à-dire sitôt qu’elle a su que cette question intéressait les spécialistes du virus de l’hépatite E, des explications et des évaluations précises sur le risque couru par les malades atteints d’une maladie hémorragique rare. Après un an de travail, nous faisons avec vous le point sur cette question.

Pourquoi l’AFH s’intéresse-t-elle à l’hépatite E ? Parce que, comme tout virus, celui de l’hépatite E peut être transmissible par le sang. Dans notre cas, il convient de connaître les mesures qui peuvent être prises en amont, pour détecter les personnes porteuses de ce virus lorsqu’elles donnent leur sang ; et en aval, pour éliminer le virus, au moment de la fabrication des produits sanguins labiles (concentrés de globules rouges, plaquettes) et des médicaments dérivés du sang (facteurs de coagulation plasmatique).

Les chiffres et les données figurant dans cet article sont très récents. Ils émanent d’articles scientifiques parus au mois de juillet 2014 ou d’échanges avec des professionnels de santé spécialistes de l’hépatite E et des membres du conseil scientifique de l’AFH.

Lire l’intégralité de l’article ci-dessous.

Mise en ligne le 8 octobre 2014 par Admin

Mentions Légales || Plan du site || Partenaires || Presse || Contacts || Imprimer || Forum de l’AFH

Association française des hémophiles
6, rue Alexandre Cabanel
75739 PARIS cedex 15
Tél. : 01 45 67 77 67 - Fax : 01 45 67 85 44
E-mail : info@afh.asso.fr

Google+